jeudi 25 avril 2013

De peur d’en arriver au scandale (2/3) - Yéhouda et Tamar

La genèse de la royauté juive depuis Loth et ses filles jusqu’au livre de Ruth en passant par Yéhouda et Tamar
Le premier mot qui vient à l’esprit quand on lit l’histoire de Yéhouda et Tamar, c’est le mot Scandale, avec un grand ‘S’. Mais le texte ne semble pas en être dérangé. De même que pour la ’Akeida, le texte ne semble pas dérangé par la question : « Comment D.ieu a-t-il pu demander une pareille chose ? ».
Alors, avant d’en venir à l’histoire de Yéhouda et Tamar dans le détail, essayons de voir par quoi nous devons vraiment être interpelés.
Le concept halakhique qui sous-tend l’histoire de Yéhouda et Tamar est, comme le dit le Ramban, le concept de Yboum : il s’agit d’une loi qui existe depuis que la Torah a été donnée, mais dont les personnages bibliques étaient déjà conscients du concept avant que cela ne devienne une loi.

Le Yboum dans la Halakha

Nous avons dans cette histoire un exemple de Yboum, non pas au sens halakhique, mais au sens large du terme.
La loi de Yboum est la suivante : lorsque un homme et une femme sont mariés, et que l’homme meurt sans laisser d’enfant (ni garçon, ni fille), le frère du défunt a l’obligation, pour perpétuer le nom de son frère, de se marier avec la veuve. Il n’y a pas de mariage formel car le frère prend juste la place du défunt. L’enfant qui naîtra de ce nouveau mariage sera l’héritier du défunt, et non du frère vivant.
Avant de réaliser le Yboum, la veuve est appelée Chomérète Yavam, elle n’est alors autorisée à se marier avec aucun autre homme que le frère de son mari défunt.
Si les deux protagonistes – la veuve et le frère du défunt – ne veulent pas faire ce Yboum, il y a une cérémonie appelée ’halitsa qui permet d’en sortir.
De nos jours, si une veuve décide qu’elle n’est pas intéressée par un Yboum et qu’elle ne souhaite pas attendre que la cérémonie de la ’halitsa soit faite, et qu’elle se marie entre temps avec un autre homme sans ’halitsa, c’est grave parce qu’elle a transgressé un commandement positif de la Torah. Cependant, le mariage n’est pas délégitimé par la Torah, dans le sens où ils peuvent rester mariés et les enfants ne sont pas considérés mamzérim - adultérins, car ce n’est pas un adultère. Mais il semble qu’au temps de Yéhouda et Tamar, une Chomérète Yavam qui avait une relation intime avec un autre homme que le Yavam, c’était considéré comme un adultère – le mariage d’avec le défunt n’ayant finalement jamais été rompu…

Yboum, une affaire qui n’est pas mince…

Si on réfléchit un peu au concept du Yboum, on peut concevoir que c’est une chose très difficile. Parce que si d’un côté on pourrait dire : « Ok, quel est le problème ? Ils se marient, on fait une petite fête, et tout le monde rentre chez soi… » ; en réalité, ce n’est pas simple du tout ni pour l’homme, ni pour la femme :
-          Pour la femme, parce qu’au lieu de refaire sa vie, et d’aller avec un autre homme qu’elle aura choisi, elle doit aller avec son beau-frère pour perpétuer le nom de son mari. Elle dédie sa vie au nom de son mari.
-          Pour l’homme, le frère du défunt, parce qu’une obligation d’ordre fraternel tombe sur lui.
Essayons de comprendre le sacrifice fait par les deux partis. Pour ce faire, voyons l’étymologie même du masculin et du féminin. Les hommes sont appelés zékharim -  זכרים ; de la racine zékher qui signifie  « se souvenir » : Les hommes seraient-ils donc « ceux qui se souviennent » ? Il est tout de même curieux que la racine hébraïque qui désigne le masculin ne fasse nullement référence à ses propriétés anatomiques. De plus, il n’a jamais été démontré que les hommes ont une meilleure mémoire que les femmes. Et si un homme a une moins bonne mémoire que sa femme, est-ce à dire que son caractère masculin est remis en question ? Que signifie que les hommes sont « ceux qui se souviennent » ?
Je crois que ceci a un lien avec le désir de reproduction. Si vous posez la question « Pourquoi voulez-vous avoir des enfants ? », la réponse sera différente selon que vous vous adressez à un homme ou à une femme. Une femme dirait : « c’est un miracle de donner la vie, c’est un privilège de voir quelqu’un grandir, de lui faire découvrir le monde, de se dévouer etc.»  Alors qu’un homme parlera plutôt de souvenir : « l’enfant portera mon nom de famille,  il prendra ma relève, c’est un enfant que je vais élever, à qui je vais enseigner, je lui transmettrai mes valeurs, il représentera ma famille, il me représentera etc.» La réponse sera centrée sur l’idée de se maintenir vivant, ce qui est une vision très égocentrique de l’enfant, contrairement à celle de la femme.
On retrouve cette idée altruiste de la femme vis-à-vis de son enfant dans sa conception même. En effet, l’utérus est l’organe altruiste par excellence en ce qu’il permet à un être autre que soi-même de devenir ce qu’il doit devenir[1]. La vision masculine de l’enfant porte quant à elle sur l’idée d’impact, et serait plus liée à leur inquiétude face à la mort. Quand notre vie est animée par la peur de la mort, on essaie de s’assurer qu’on peut malgré tout laisser notre impact sur le monde, on doit trouver un quelconque moyen de transmettre son héritage et de se préserver. Même au moment de la fécondation, le spermatozoïde laisse son impact sur l’ovule, et meurt…
L’idée est la même avec ’Amalek. En effet, ’Amalek était en quête de zékher, il cherchait à laisser un impact. C’est pourquoi notre guerre contre Amalek est une guerre de mémoire, de l’ordre du souvenir, du zékher. Amalek est en fait l’essence du kamikaze. Il sait pertinemment qu’il va mourir, il sait qu’il ne va pas gagner. Mais sa question n’est pas « est-ce que je vais gagner la guerre ». Sa question est plutôt : « Vais-je laisser un impact, un זכר, vais-je changer le paysage et faire en sorte que le monde soit différent de si je n’avais jamais été là ». Il s’agit là d’une perspective très masculine de voir le monde en général, et en particulier, de voir l’idée d’avoir des enfants. Il peut d’ailleurs s’agir d’une manière très violente de voir les choses.
D’où la grande difficulté pour le frère du défunt de réaliser le Yboum : « l’enfant ne sera pas l’expression de moi, mais de mon frère, il sera son héritage. Et moi ? Je ne laisse pas d’emprunte ? Qui me représentera quand je serais parti ? ». Il passera donc sa vie à élever un enfant qui n’est pas le sien. Et c’est bien ce que Onan n’accepte pas de faire dans l’histoire de Yéhouda et Tamar. Il refuse d’avoir un enfant avec Tamar car il sait que cet enfant ne sera pas à lui[2].

THE grosse question


Si je vous demande : « Qu’est-ce qui vous dérange dans l’histoire de Yéhouda et Tamar ? Quelle est la grosse question que vous avez sur cette histoire ? » alors certains me diraient que c’est une relation bizarre, ou bien comment est-ce possible que Yéhouda se soit laissé tenter etc.
Toutes ces questions ne sont « que » des questions « externes ». Ce sont en fait des questions qui naissent d’une incompatibilité entre votre vision de la « morale » et le récit de la Torah ; mais la Torah elle-même n’est pas dérangée par ces problèmes ! Ce sont des questions « externes » au texte. Alors, quelle est la grosse question que le texte veut que nous nous posions en lisant cette histoire ?
La grosse question textuelle sur l’histoire de Yéhouda et Tamar est : qu’est-ce qu’elle fait là ? Cette histoire interrompt complètement l’histoire de Yossef qui remplit toute la fin du livre de Béréchit. Seule cette histoire, qui se trouve au chapitre 38, ne parle aucunement de Yossef.
Ce chapitre relate un petit passage de la vie de Yéhouda, personnage secondaire dans Béréchit, qui réapparaîtra plus tard, dans Vayigach. Pourquoi la Torah prend-elle le temps de raconter ce passage ? Après tout, chacun des frères a eu sa vie. Est-ce parce que c’est un épisode un peu scandaleux de la vie de Yéhouda que la Torah trouve le besoin de le mentionner ? Pourquoi a-t-on besoin de savoir ce qui se déroule au chapitre 38 ?
La question est donc : « quel est le lien entre cette histoire et celle de Yossef ? Et pourquoi suit-elle l’épisode de la vente de Yossef ? ».
Nous relirons donc l’histoire de Yéhouda et Tamar, et essaierons de voir comment elle peut être reliée à celle de Yossef, donc au chapitre 37 qui précède, et au chapitre 39 qui suit.

Retour sur l’histoire de Yossef

Contexte familial

Yossef, 17 ans, semble être une force corrosive dans la famille. Il rapporte les faits et gestes de ses frères à son père, se moque d’eux, est préféré par son père qui lui offre une tunique colorée. Les frères, voyant tout cela, décident de le haïr, et ne peuvent vivre en paix avec lui. Yossef fait ensuite ses rêves, et ses frères le haïssent davantage.
Un jour, Yossef est envoyé en mission par son père. Il doit aller voir ses frères. Le voyant arriver, ses frères décident de le tuer. Le plan initial des frères était : « nous le tuerons, et nous dirons que c’est une bête féroce qui l’a fait ».
Finalement, ils décident de vendre Yossef au lieu de le tuer. La partie du plan « nous le tuerons » tombe à l’eau. Et la partie « bête féroce » ? Non ? En fait, si. Les frères ne disent jamais à Ya’akov « c’est une bête féroce qui a tué Yossef ». Que font-ils en réalité ? Ils présentent à leur père Ya’akov la tunique ensanglantée, mais ne disent pas « c’est une bête féroce ». Que disent-ils ? Ils disent : (Béréchit 37:32) « Regarde cette tunique, est-ce que tu reconnais ? », ils oublient simplement de mentionner qu’elle est ensanglantée… Ya’akov reconnaît la tunique de son fils, et c’est lui-même, et non les frères, qui dit (Béréchit 37:33): « חַיָּה רָעָה אֲכָלָתְהוּ », « Une bête féroce l'a dévoré! », avec les mêmes mots que ceux qu’avaient prévu de dire les frères. Ceci est peut-être d’ailleurs plus cruel que s’ils l’avaient dit car c’est Ya’akov qui tire, seul, sa conclusion.

Qui est le vrai leader ?

Revenons sur les échanges entre les frères lors de la mise en pratique de leur plan diabolique.
Lorsqu’ils décident de tuer Yossef, Réouven prend la parole et dit (Béréchit 37:22): « אַל-תִּשְׁפְּכוּ-דָם », « Ne versez point le sang! », ne le tuons pas, jetons-le plutôt dans un puits.
Posons-nous la question suivante : Réouven a-t-il un comportement de leader ?
D’un côté, on pourrait dire que oui, car il essaie de faire quelque chose pour sauver la situation. Mais d’un autre côté, il sent qu’il n’a pas assez de cran pour se lever et dire fermement : « C’est mal de faire ça ! », alors qu’il le pense. Il détourne en fait leur attention en leur proposant de jeter Yossef dans le puits, se laissant ainsi la possibilité d’aller le récupérer plus tard.
C’est ensuite au tour de Yéhouda de prendre la parole et de convaincre ses frères de ne pas tuer Yossef car : (Béréchit 37:27) « כִּי-אָחִינוּ בְשָׂרֵנוּ, הוּא », « car il est notre frère, notre chair! », ces quelques mots cinglants pour lesquels il paiera cher le reste de ses jours.
On constate que Yéhouda fait changer complètement de position le groupe de personnes, ses frères, qui sont en face de lui, là où Réouven a échoué. En effet, quelle différence entre tuer quelqu’un, et le laisser mourir de faim au fond d’un puits ? Pas grand-chose. Alors qu’il y a, oui, une différence fondamentale, entre tuer quelqu’un, et le vendre en esclave.
Que dit en fait Yéhouda quand il dit : « כִּי-אָחִינוּ בְשָׂרֵנוּ, הוּא », « car il est notre frère, notre chair! », il donne ici un argument d’ordre moral : après tout, on ne peut pas tuer notre frère ; on peut le haïr, mais pas le tuer.
Et quelle est la réaction des frères ? Ils disent : OK ! (Ibid) : « וַיִּשְׁמְעוּ, אֶחָיו », « Et ses frères consentirent ».  Le verbe écouter, שמע, peut avoir trois degrés de signification : écouter, comprendre, et accepter, du plus superficiel au plus profond. Ici, Rachi dit que c’est à ce troisième niveau, le plus profond, que le mot « וַיִּשְׁמְעוּ » fait référence. L’acceptation des frères était donc entière.
Yéhouda agit ici comme un leader imparfait. En effet, il considère que c’est mal de tuer son frère. Mais Qu’en est-il de le vendre en esclave ?! N’est-ce pas mal aussi ? C’est ici un échec de la part de Yéhouda, que l’on développera plus tard, de ne pas accepter la conséquence pleine de ses pensées. En effet, avec son pouvoir persuasif, il aurait très bien pu, sans menace, dire fermement : « on ne devrait pas faire ça », et mener son raisonnement à bout. Mais il ne l’a pas fait.
Le pouvoir de persuasion de Yéhouda est donc meilleur que celui de Réouven, mais la position de Réouven est moralement plus saine puisque lui souhaitait le ramener vivant à son père.

La réaction de Ya’akov

Revenons à l’histoire. Réouven revient ensuite vers le puits et voit que Yossef n’y est plus. Il a un sentiment atroce et déchire ses vêtements. Ses chances de le ramener à son père sont perdues.
Ensuite, les frères amènent la tunique à leur père, et lui disent (Béréchit 37:32) : « הַכֶּר-נָא », « examine ». Les propos des frères est ici double : ils ne disent pas seulement « reconnais-tu la tunique de Yossef ? », mais « lui revient-elle ? ». Ya’akov a fait ici une erreur terrible en donnant à Yossef la place de premier né qu’il n’était pas[3]. Et les frères essaient de traiter la question, mais rendent les choses pires qu’elles ne l’étaient. Ils essaient de déraciner l’amour de Ya’akov pour Yossef, mais Ya’akov se concentre d’autant plus sur cet enfant, le seul qu’il pouvait aimer[4].
---

Parenthèse sur la vie de jeune homme de Ya’akov

Peut-être s’agit-il ici d’un midda kenéguèd midda – mesure pour mesure pour Ya’akov qui portait un manteau et de la peau de chèvre[5] pour tromper son père Ytshak en lui faisant croire qu’il était ’Essav. Les mots employés alors sont (Béréchit 27:23) : « וְלֹא הִכִּירוֹ », « Il ne le reconnut point », de la même racine que « הַכֶּר-נָא ».
Un peu plus tard dans la vie de Ya’akov, que dira Lavan, père de Léa, quand Ya’akov ira le voir le lendemain de son mariage avec Léa, s’étant rendu compte qu’il ne s’agissait pas de Ra’hel ? Il lui dira (Béréchit 29:26) : « וַיֹּאמֶר לָבָן, לֹא-יֵעָשֶׂה כֵן בִּמְקוֹמֵנוּ--לָתֵת הַצְּעִירָה, לִפְנֵי הַבְּכִירָה », « Chez nous, on ne fait pas passer la plus jeune avant l’ainée ». Mais bizarrement, les mots employés, « la plus jeune », et  « l’ainée » ne sont pas opposés ; il aurait dû dire « la plus jeune avant la plus âgée », ou bien « la cadette avant l’ainée ». Que veut dire Lavan, ici ? Il dit peut-être à Ya’akov : « Si chez toi, le plus jeune peut devenir l’ainé ; chez moi, non »…
---
Les frères essaient ensuite de consoler leur père, sans succès.
Si vous étiez un des frères, et que vous aviez vendu Yossef, à quoi vous seriez-vous attendu après quelques temps ? Que votre père finisse pas s’en remettre. Imaginez l’effroi des frères quand ils se rendent compte que, même des années plus tard, leur père ne se remet toujours pas de la disparition de Yossef.
Ya’akov demeure inconsolable. Mais la réaction de Ya’akov est-elle « normale » ?
Lorsqu’on perd un être cher, le deuil dure 11 mois, après quoi, on reprend sa vie. Pourquoi ? Comment est-ce possible ? Qu’est ce qui a changé ? Le trou laissé par la personne disparue est toujours là ! Qu’est-ce qui fait qu’une personne qui a perdu un être cher arrive, après le temps de deuil, à reprendre une vie normale ?
C’est simplement le temps qui permet cela. Rachi dit que la réaction de Ya’akov est illogique. En fait, Rachi cite le Midrash et dit qu’on peut se remettre de la disparition de quelqu’un qui est mort, mais pas de la disparition de quelqu’un qui ne l’est pas. Voyons le Rachi sur le verset (Béréchit 37:35) :
וימאן להתנחם - אין אדם יכול לקבל תנחומין על החי וסבור שמת, שעל המת נגזרה גזירה שישתכח מן הלב ולא על החי: 
Il refusa d’être consolé On n’accueille pas de consolation pour une personne en vie, en pensant qu’elle est morte (Beréchith raba 84, 21). Car c’est aux morts que s’applique le décret divin qui les fait tomber dans l’oubli, pas aux vivants (Pessa‘him 54b).

Le cadeau de l’oubli que D.ieu nous donne ne s’applique que pour les personnes décédées. On ne peut pas oublier de la même manière une personne qui disparaît mais qui n’est pas décédée. Donc même si Ya’akov n’avait pas conscience que Yossef était vivant, il ne s’est pas consolé, et n’est pas sorti de son tourment, malgré les paroles sincères de consolation de ses fils. Pourquoi ? Parce qu’il n’avait pas la certitude de sa mort ! Il n’a pas vu le corps de Yossef… Et les frères en sont troublés.
Voilà où nous sommes dans le récit biblique lorsqu’arrive, de manière apparemment abrupte et sans transition, l’histoire de Yéhouda et Tamar. On va voir en fait que si cette histoire est placée au beau milieu de l’histoire de la vente de Yossef, ce n’est pas par hasard : car ce qui se passe dans l’histoire de Yossef, se passe aussi, d’une manière un peu similaire, dans l’histoire de Yéhouda et Tamar. On va voir une expression très forte de la notion de midda kenéguèd midda de D.ieu : quand on fait souffrir quelqu’un, on finit par se retrouver dans la même situation douloureuse dans laquelle on a mis son prochain.

Histoire de Yéhouda et Tamar

Première lecture

Voyons donc ce qui se passe dans le chapitre 38, que je vous invite à lire en annexe.
Yéhouda a trois enfants : ’Er, Onan, et Chéla.
’Er épouse Tamar, et meurt sans avoir d’enfant. Le Yboum prend donc effet. Onan épouse Tamar mais détruit sa semence qui aurait pu donner naissance à un enfant car il savait que l’enfant qui naîtrait ne serait pas le sien. Onan meurt à son tour sans donner d’enfant à Tamar. Tamar se retrouve donc sans enfant, et dans le devoir de perpétuer le nom de son mari ’Er. Pour cela, elle est censée se marier avec le deuxième frère de ’Er, à savoir Chéla.
Regardons un instant les prénoms de ces trois frères.
·         ’Er, ער, signifie éveillé. Très étrange comme prénom. Et « ער » est l’anagramme opposé du mot « רע »  qui signifie « mal ». La Torah donne même l’impression d’en faire un jeu de mot (Béréchit 38:7) :
ז וַיְהִי, עֵר בְּכוֹר יְהוּדָה--רַע, בְּעֵינֵי ה'; וַיְמִתֵהוּ, ה'. 
7 Ér, le premier né de Juda, ayant déplu au Seigneur, le Seigneur le fit mourir.

·         Onan, אונן, signifie peiné.
·         Chéla, peut être lu « שֵׁלָהּ »- « à elle ». On peut dire aussi que ce nom vient de la racine « שַׁל » qui veut dire « retirer », ou « être perdu », ou encore « être endeuillé ».
Enfin bref, ces trois noms sont très étranges.
Revenons à notre histoire.
Un premier fils de Yéhouda meurt. Puis un deuxième meurt et il n’en reste plus qu’un. Yéhouda devient nerveux et dit « je ne laisserai pas Chéla épouser Tamar », alors que Tamar le souhaite. Yéhouda essaie donc de décourager Tamar en lui disant d’attendre un peu que Chéla grandisse avant qu’il ne le lui donne en mariage. Tamar attend, patiemment, mais voit que Chéla grandit sans avoir pour autant le feu vert de Yéhouda.
Elle décide alors, que, ne pouvant réaliser le Yboum avec l’un des frères, elle le fera avec Yéhouda en personne. Elle se vêtit pour cela en prostituée, et séduit Yéhouda. Ensuite, la Torah nous fait part, très curieusement, de la session de marchandage qui a eu lieu entre Yéhouda et Tamar pour établir le prix de cet acte. La Torah a pour principe : « pas de mot superficiel », alors pourquoi nous raconte-t-elle tous ces détails :
« Qu’est-ce que tu vas me donner ?
- Un chevreau, mais je ne l’ai pas sur moi.
- OK, alors donne-moi un gage en attendant.
- Qu’est-ce que tu veux comme gage ?
- Donne-moi ton manteau »
Cet échange paraît on ne peut plus superficiel…

Plus tard, Yéhouda envoie un messager pour donner le chevreau à Tamar. Pourquoi a-t-on besoin de ce détail ? Le messager ne la trouve pas, et Yéhouda garde alors le chevreau.
Par la suite, Tamar apparaît enceinte, et est donc soupçonnée d’avoir commis un adultère. Yéhouda, le grand juge, la condamne donc à mort.
Tamar se trouve là en position de force, elle a les preuves, elle pourrait tout déballer, mais elle ne le fait pas. Au lieu de cela, dans un grand acte d’héroïsme, elle envoie les objets à Yéhouda et lui fait dire qu’elle est enceinte de l’homme à qui ils appartiennent. Elle lui demande s’il les reconnaît.
Il les reconnaît, et la laisse en vie. Tamar donne naissance à des jumeaux, Pérets, le fondateur de la Dynastie Davidienne, et Zéra’h. Sans cette histoire, il n’y aurait donc pas eu de Roi David…

L’histoire est-elle  à  sa place ?

Cherchons maintenant les liens qui existent entre cette histoire qui se trouve au chapitre 38, et le chapitre 37 qui le précède, ou le chapitre 39[6] qui le suit.
La réalité est masquée.
Les frères masquent ce qui est réellement arrivé à Yossef. De même, Tamar masque son identité.
Nous assistons dans ces deux chapitres à de cruelles tromperies.
L’instigateur de la tromperie n°1 (vente de Yossef) est Yéhouda. Ce dernier est la victime de la tromperie n°2 (l’instigatrice étant Tamar).
Au passage, notons quelque chose d’intéressant : Ya’akov est l’instigateur de la tromperie de son père, et est la victime de la tromperie perpétrée par son fils Yéhouda. Yéhouda est l’instigateur de la tromperie de son père, et la victime de la tromperie perpétrée par sa bru Tamar. On a une sorte de chaine de tromperies.
Nous avons une chaine de « chevreaux et manteaux ».
Le chevreau est ce que Yéhouda est censé donner à Tamar, et le manteau est son gage. Et dans l’histoire de Yossef, nous avons aussi un chevreau et un manteau, nul besoin de détailler.
Pourquoi pensez-vous que Yéhouda n’a pas de chevreau quand Tamar le lui demande ? Parce qu’il est mort. Pourquoi ? Par ce qu’il a été tué dans l’histoire précédente dans l’histoire de Yossef. LE chevreau est mort. Yéhouda doit donc trouver un chevreau de remplacement, son manteau.
Que ce soit dans l’histoire de la vente de Yossef, ou celle de Yéhouda et Tamar, le manteau est présenté de la même manière : Tamar envoie le manteau à Yéhouda, et au lieu d’imposer les faits et la signification réelle de ce manteau, c’est à Yéhouda d’en tirer ses propres conclusions. De même, les frères présentent le manteau à Ya’akov et disent en quelques sortes : « Papa, à toi de décider ce que ça signifie ».
Similitude dans les mots employés
« הַכֶּר-נָא», « Reconnais, s’il te plaît »
Tamar emploie deux mots (Béréchit 38:25) : « הַכֶּר-נָא», « Examine, je te prie ». Elle cite Yéhouda lui-même quand il a présenté le manteau de Yossef à Ya’akov (Béréchit 37:32):
לב וַיְשַׁלְּחוּ אֶת-כְּתֹנֶת הַפַּסִּים, וַיָּבִיאוּ אֶל-אֲבִיהֶם, וַיֹּאמְרוּ, זֹאת מָצָאנוּ:  הַכֶּר-נָא, הַכְּתֹנֶת בִּנְךָ הִוא--אִם-לֹא. 
32 puis ils envoyèrent cette tunique à rayures, qu'on apporta à leur père en disant: "Voici ce que nous avons trouvé; examine si c'est la tunique de ton fils ou non."

Ces deux mots suivis ne se trouvent d’ailleurs mentionnés que deux fois dans tout le Tanakh, ce sont ces deux fois-là. 

Racine מצא
Les frères disent (Béréchit 37:32) : « זֹאת מָצָאנוּ», « Voici ce que nous avons trouvé », et de Tamar il est écrit : « הִוא מוּצֵאת », « Comme on l'emmenait ». Les deux verbes employés ont en fait la même racine, mais des significations différentes : « trouver » dans le cas des frères, et « sortir » (ou faire sortir) dans le cas de Tamar.
Dans l’histoire de Tamar, la racine מצא apparaît de nombreuses fois :
כ וַיִּשְׁלַח יְהוּדָה אֶת-גְּדִי הָעִזִּים, בְּיַד רֵעֵהוּ הָעֲדֻלָּמִי, לָקַחַת הָעֵרָבוֹן, מִיַּד הָאִשָּׁה; וְלֹא, מְצָאָהּ
20 Juda envoya le chevreau par l'entremise de son ami l'Adoullamite, pour retirer le gage des mains de cette femme; il ne la trouva point.
כא וַיִּשְׁאַל אֶת-אַנְשֵׁי מְקֹמָהּ, לֵאמֹר, אַיֵּה הַקְּדֵשָׁה הִוא בָעֵינַיִם, עַל-הַדָּרֶךְ; וַיֹּאמְרוּ, לֹא-הָיְתָה בָזֶה קְדֵשָׁה. 
21 Il questionna les gens de l'endroit, disant: "Où est la prostituée qui se tient aux Deux Sources, sur le chemin?" Ils répondirent: Il n'y a point de prostituée ici."
כב וַיָּשָׁב, אֶל-יְהוּדָה, וַיֹּאמֶר, לֹא מְצָאתִיהָ; וְגַם אַנְשֵׁי הַמָּקוֹם אָמְרוּ, לֹא-הָיְתָה בָזֶה קְדֵשָׁה. 
22 Il retourna auprès de Juda et dit: "Je ne l'ai pas trouvée; et même les habitants de l'endroit ont dit qu'il n'y avait point là de prostituée."
כג וַיֹּאמֶר יְהוּדָה תִּקַּח-לָהּ, פֶּן נִהְיֶה לָבוּז; הִנֵּה שָׁלַחְתִּי הַגְּדִי הַזֶּה, וְאַתָּה לֹא מְצָאתָהּ
23 Et Juda dit: "Qu'elle garde ce qu'elle a et que nous n'ayons pas à rougir; car enfin, j'ai envoyé ce chevreau et tu n'as pu la trouver."
כד וַיְהִי כְּמִשְׁלֹשׁ חֳדָשִׁים, וַיֻּגַּד לִיהוּדָה לֵאמֹר זָנְתָה תָּמָר כַּלָּתֶךָ, וְגַם הִנֵּה הָרָה, לִזְנוּנִים; וַיֹּאמֶר יְהוּדָה, הוֹצִיאוּהָ וְתִשָּׂרֵף. 
24 Or, environ trois mois après, on informa Juda, en disant:"Thamar, ta bru, s'est prostituée et elle porte dans son sein le fruit de la débauche." Juda répondit: "Emmenez la et qu'elle soit brûlée!"
כה הִוא מוּצֵאת, וְהִיא שָׁלְחָה אֶל-חָמִיהָ לֵאמֹר, לְאִישׁ אֲשֶׁר-אֵלֶּה לּוֹ, אָנֹכִי הָרָה; וַתֹּאמֶר, הַכֶּר-נָא--לְמִי הַחֹתֶמֶת וְהַפְּתִילִים וְהַמַּטֶּה, הָאֵלֶּה. 
25 Comme on l'emmenait, elle envoya dire à son beau père: "Je suis enceinte du fait de l'homme à qui ces choses appartiennent." Et elle dit: "Examine, je te prie, à qui appartiennent ce sceau, ces cordons et ce bâton."

Tous ces mots surlignés ont la même racine, mais une signification différente. Y aurait-il un lien quelconque entre les notions de ‘sortir’, ou ‘emmener’, et ‘trouver’ ?
Si on se trouve dans une zone, et que quelque chose en sort, on ne le trouvera plus. Ces idées sont donc opposées. Chacun a des choses qu’il contrôle, et d’autres qu’il ne contrôle pas. Les choses qu’on ne trouve pas sont hors de notre contrôle. Lorsqu’on les retrouve, on les ramène sous notre contrôle. Et si on sort quelque chose de notre zone, on le fait passer de notre zone de contrôle à l’extérieur de notre zone de contrôle.
Que recherchait Yéhouda ? Il recherchait  la prostituée pour lui donner le chevreau. Mais où se trouve-t-elle pendant tout ce temps ? Sous ses yeux...
Quand il fait envoyer Tamar pour la faire tuer, il renvoie en fait ce qu’il recherchait. Il fait donc passer dans sa zone hors contrôle ce qu’il recherchait et qui se trouvait en fait sous ses yeux.
Un ’Eravone « ערבון » : gage, engagement, promesse.
Dans l’histoire de Yéhouda et Tamar, on le voit tout de suite ; il y a un gage que Tamar exige avant de passer à l’acte (Béréchit 38:17) :
יז וַיֹּאמֶר, אָנֹכִי אֲשַׁלַּח גְּדִי-עִזִּים מִן-הַצֹּאן; וַתֹּאמֶר, אִם-תִּתֵּן עֵרָבוֹן עַד שָׁלְחֶךָ.
17 Il répliqua: "Je t'enverrai un chevreau de mon troupeau." Et elle dit: "Bien, si tu me donnes un gage en attendant cet envoi."

Et dans l’histoire de Yossef et ses frères, y a-t-il aussi un gage, un ’éravone?
Nous retrouvons effectivement le mot « ערבון »  dans l’histoire de la vente de Yossef ; dans la situation suivante : Ya’akov est bouleversé, Yossef lui a été enlevé. Lors du premier voyage des frères en Egypte, Chim’on est emprisonné car Yossef – que les frères ne reconnaissent pas – veut que ces personnes, ses frères, prouvent qu’ils ne sont pas des espions. Pour ce faire, il leur demande de revenir avec leur plus jeune frère, Binyamin, qu’ils ont laissé en Canaan.
Cependant, Ya’akov est-il disposé à laisser partir Binyamin ? Absolument pas ! Pourquoi ?  Que craint-il ? Il craint qu’il ne lui arrive quelque chose et de le perdre également. Ya’akov dit (Béréchit 42:36) : « יוֹסֵף אֵינֶנּוּ, וְשִׁמְעוֹן אֵינֶנּוּ, וְאֶת-בִּנְיָמִן תִּקָּחוּ », « Joseph a disparu, Siméon a disparu et vous voulez m'ôter Benjamin! ». Il dit aussi en parlant de Binyamin (Béréchit 42:4) : « פֶּן-יִקְרָאֶנּוּ אָסוֹן », « Il pourrait lui arriver malheur ».
Alors Réouven vient et dit : « Mais papa ! Ça va pas ! Tu dois le laisser partir ! La seule manière qu’on a de revoir cet homme, c’est de revenir avec Binyamin ! On ne peut pas retourner sans lui ! » Et là, Réouven prend un engagement drastique en disant (Béréchit 42:37): 
לז וַיֹּאמֶר רְאוּבֵן, אֶל-אָבִיו לֵאמֹר, אֶת-שְׁנֵי בָנַי תָּמִית, אִם-לֹא אֲבִיאֶנּוּ אֵלֶיךָ; תְּנָה אֹתוֹ עַל-יָדִי, וַאֲנִי אֲשִׁיבֶנּוּ אֵלֶיךָ.
37 Ruben dit à son père: "Fais mourir mes deux fils, si je ne te le ramène! Confie le à mes mains et je le ramènerai près de toi."

Il dit donc : « Je m’engage à tuer mes deux fils si je ne reviens pas avec Binyamin »…
Vous l’aurez deviné, Ya’akov n’est pas vraiment emballé par cette proposition : « Je n’ai pas besoin, en plus, de deux petits-fils morts… Non, on va laisser cette éventualité de côté… ».
D’ailleurs, là encore, Réouven échoue dans son test de leadership. Pourquoi ? Parce qu’il use de son statut de manière illégitime : « J’ai le pouvoir sur mes enfants, donc je peux les tuer ». Non ! On ne peut pas faire ça.
Yéhouda, quant à lui, utilise à nouveau ses qualités de leader, de manière efficace. Que dit-il (Béréchit 43:9)?
ט אָנֹכִי, אֶעֶרְבֶנּוּ--מִיָּדִי, תְּבַקְשֶׁנּוּ: אִם-לֹא הֲבִיאֹתִיו אֵלֶיךָ וְהִצַּגְתִּיו לְפָנֶיךָ, וְחָטָאתִי לְךָ כָּל-הַיָּמִים.
9 C'est moi qui réponds de lui, c'est à moi que tu le redemanderas: si je ne te le ramène et ne le remets en ta présence, je me déclare coupable à jamais envers toi.

« C’est moi qui serai son gage, c’est moi qui me donnerai en gage pour Binyamin », dit-il. « Et que se passera-t-il si je ne ramène pas Binyamin ? Rien. Personne ne sera tué, tu ne me tueras pas, je ne tuerai personne, mais… je serai fautif envers toi le reste de mes jours. »
Ça, c’est une revendication qui se tient, une manière efficace de mener un acte de persuasion. Yéhouda n’use pas abusivement de son pouvoir statutaire, il persuade, simplement.
Et là, Ya’akov entend. Le gage, ici, c’est l’honneur de Yéhouda.
Un manteau, à nouveau
Dans le chapitre 39, celui qui suit l’histoire de Yéhouda et Tamar, on retrouve un manteau. On y voit la femme de Potiphar qui séduit Yossef et lui demande d’aller avec lui. Yossef laisse son manteau entre les mains de Mme Potiphar, et s’enfuie… en pyjama. Ceci n’est pas très sage de la part de Yossef car elle a maintenant un élément incriminant : « Regardez, il a essayé de me violer, voilà la preuve… ». Et elle fait emprisonner Yossef.
Quel est le rôle joué par le manteau dans le chapitre 38 ? Et dans le chapitre 39 ? Ce rôle est double dans chacun des cas.
Au début de chaque histoire, il joue un même rôle X, qui se transforme en un même rôle Y à la fin. Dans le chapitre 38, le manteau est, pour Tamar, une protection pour elle, au début de l’histoire. Et le manteau se transforme en preuve incriminante à la fin. De même, dans le chapitre 39, le manteau de Yossef est d’abord une protection pour Yossef qui se transforme aussitôt en preuve incriminante.
Cependant, ces deux chapitres relatent des histoires en miroir :
Ø  Dans le chapitre 38, la femme (Tamar) agit noblement alors que l’homme (Yéhouda) agit par égarement. Dans le chapitre 39, c’est le contraire.
Ø  Dans le chapitre 38, le manteau est une preuve incriminante légitime, ce qui n’est pas le cas dans le chapitre 39.
Un deuil qui n’en finit pas
Tamar s’est habillée en noir pendant plus de 10 ans. Pourquoi ? On ne s’endeuille pas si longtemps normalement ! Ce qu’elle recherchait, ce n’était pas tant d’avoir un enfant pour elle-même que de prolonger la lignée de son mari. Et ce point-là n’est pas résolu.
S’il n’y avait aucun frère, il n’y aurait plus eu de question. Si Chéla s’était marié avec elle, il n’y aurait plus eu de question. Mais tant qu’elle n’arrive pas à ressusciter ce mariage et faire ‘revenir’ son mari, elle ne peut pas arrêter de s’endeuiller.   Ya’akov également ne cesse de s’endeuiller pour la ‘mort’ de son fils qui n’est pas résolue.

Analyse – lecture de Rachi

Maintenant, nous allons commencer à recoller les morceaux.
Rachi s’est posé la même question que nous, à savoir : « quel est le lien entre le chapitre 38 et celui qui le précède ? ». Il donne une réponse qui, à première vue, ne répond pas à la question. Je pense pourtant qu’il s’agit d’une réponse très profonde, et comme toute chose profonde, tant qu’on ne la pas comprise, elle nous paraît stupide et très superficielle.
Voyons la réponse de Rachi :

(א) ויהי בעת ההוא - למה נסמכה פרשה זו לכאן, והפסיק בפרשתו של יוסף? ללמד שהורידוהו אחיו מגדולתו כשראו בצרת אביהם. אמרו: אתה אמרת למכרו, אילו אמרת להשיבו היינו שומעים לך:
Ce fut, en ce temps-là Pourquoi ce récit figure-t-il ici et interrompt-il l’histoire de Yossef ? C’est pour nous apprendre que les frères de Yéhouda ont rabaissé celui-ci de sa dignité lorsqu’ils ont vu la souffrance de leur père, [d’où les mots : « Yéhouda descendit [dans leur estime] »). Ils lui ont dit : « C’est toi qui nous as dit de le vendre ! Si tu nous avais conseillé de le ramener à la maison, nous t’aurions écouté ! » (Midrach Tan‘houma 8).

Quand les frères disent : « nous t’aurions écouté », c’est vrai ! Yéhouda avait la force de persuasion, il aurait pu en profiter pour aller au fond des choses, les frères ont raison. Et ils le destituent de sa position de leader.
Comment cela répond-il à la question de Rachi ? Rachi ne le détaille pas, mais il y a quelques petites choses à savoir.
Rachi emploie le verbe « שהורידוהו », et le verbe utilisé dans le passouk est « וַיֵּרֶד ». Rachi donne ici une interprétation midrashique du verset : Yéhouda est descendu non seulement physiquement, mais aussi politiquement, de parmi ses frères. Les frères ont dit en quelques sortes à Yéhouda : « tu ne peux plus être notre leader ».
A quoi Rachi relie-t-il cela ? Aux derniers versets du précédent chapitre. Qu’y lit-on ? L’angoisse du père. Tout le monde essaie de le réconforter, mais, surprise ! Papa ne se réconforte pas. Voyant cela, les frères destituent Yéhouda de sa position de leader.
Le verbe « ירד » est aussi utilisé à la toute fin du chapitre 37 quand Ya’akov dit « כִּי-אֵרֵד אֶל-בְּנִי אָבֵל שְׁאֹלָה », « Non! Je rejoindrai, en pleurant, mon fils dans la tombe! » :Le « ירד » de la fin du chapitre 37 entraine donc le « ירד » du début du chapitre 38.
Le début du chapitre 39 commence aussi par une notion de descente (Béréchit 39:1) : « וְיוֹסֵף, הוּרַד מִצְרָיְמָה », « Joseph fut donc emmené en Égypte ». Ce qui constitue un lien textuel entre le chapitre 38, le chapitre précédent, et le chapitre suivant : nous voyons à chaque fois une notion de descente qui fait la transition, descente sentimentale, politique, géographique.
La question maintenant est : Rachi a-t-il donné une explication suffisante ?  Et vous êtes censés répondre : Non. Au mieux, Rachi explique ce que le premier passouk fait là, pas plus. Donc si Rachi a raison, on garde le premier passouk, et on n’a pas besoin de la suite de l’histoire !?
En réalité, nous allons voir que Rachi n’explique pas seulement que le premier passouk a bien sa place, mais que l’histoire entière a sa raison d’être à cet endroit.
Rachi parle du droit de direction politique de Yéhouda. L’a-t-il, ou non ? Eh bien, toute l’histoire de Yéhouda et Tamar porte en fait sur ce sujet. La notion de descente fait donc la transition entre le chapitre 38 et les deux chapitres qui l’encadrent, mais en plus, la totalité du chapitre 38 traite du thème de la descente de Yéhouda. Essayons de comprendre cela.

Etre un bon président – Mode d’emploi


Ma théorie est que la vente de Yossef a eu des ramifications qui ont dépassé la seule vente de Yossef, et qui ont eu des conséquences sur la famille. Une des ramifications a touché Yéhouda, et en particulier, son leadership : le fait que Yéhouda ait échoué dans sa position de leader lors de la vente de Yossef, a entrainé qu’il a été destitué de sa position par ses frères. Et tout le chapitre 38 porte sur la question : « Yéhouda peut-il rebondir ? ».
Si Yéhouda peut se remettre de cette destitution, comment sera son leadership, et y voit-on des similitudes dans la Dynastie Davidienne ? Car si Yéhouda ne se remet pas de cette destitution, il ne peut pas y avoir de Roi David.

Eviter l’effet  boule de neige 

Mettons PAUSE un petit moment, et réfléchissons. Essayons d’isoler, de comprendre, et de disséquer l’échec de Yéhouda en tant que leader dans l’histoire de la vente de Yossef. Quel est cet échec ? Dans quel sens a-t-il échoué ?
Quelles sont les qualités requises pour être un bon président ? En fait, elles sont nombreuses… Pour être un bon président, il faut avoir plein d’énergie, du charisme, une vision claire de la situation, une honnêteté intellectuelle etc[7]
Avec tout ça, qu’est-ce qui peut assommer un président ? Des actes criminels ? Immoraux ?
Peut-être. Mais il y a pire que de les commettre : c’est de les nier, ou tenter de les étouffer. Même si les actes réalisés ne sont pas suffisants pour nous faire destituer (ou démissionner…), c’est surtout notre réaction face à ces actes qui aura de l’importance. Pour être un bon leader, on ne peut pas dire : « on va faire en sorte d’avoir une présidence irréprochable, sans scandale ». Parce que des scandales, de toute façon, il y en aura… Ce qu’il faut plutôt, c’est avoir une bonne manière de traiter les scandales. C’est comme ça qu’on reconnaît ceux qui ont de la bouteille.
Lorsqu’un scandale éclate, on a deux manières de réagir :
·         Tenter de couvrir le problème, nier les faits ;
·         Faire face à la situation, c'est-à-dire trouver un moyen de mettre fin immédiatement au problème en le court-circuitant. Comment ? En reconnaissant l’erreur et en disant clairement : « Voilà ce qui s’est passé, les détails sont comme ci et comme ça, c’est grave, j’en suis responsable, c’était une erreur, essayons maintenant d’avancer ». Il s’agit là d’avoir une honnêteté intellectuelle sans faille.
Avec cette deuxième manière de faire, on a une chance de s’en sortir. Mais si on voit qu’il s’est passé quelque chose de grave, et qu’on n’y met pas fin tout de suite, il y a ensuite un effet boule de neige. Et la prochaine chance qu’on aura de rectifier l’erreur sera quand la boule sera bien plus grosse… Et il faut faire vite car en très peu de temps, la boule peut nous écraser.

Un pour tous !

Il y a un autre point qui est essentiel pour être un bon président.
Imaginez un président qui vient d’être élu, et qui, au troisième jour de son mandat donne des subventions très importantes à sa région natale ou bien à des associations de son clan politique ou de sa religion. Qu’en dirait le peuple ? Qu’il n’est pas le président de la nation, mais de son propre clan.
Quelle est la différence entre un simple citoyen et un président ?
Un simple citoyen est préoccupé par ses soucis personnels, il est intéressé par son petit monde. Un leader ne doit pas être préoccupé par son petit monde, par ses soucis personnels. Il doit être préoccupé par la communauté comme un tout et doit laisser de côté son petit monde.
La politique d’un leader doit être menée pour l’intérêt de la communauté, et non de son clan, de sa famille, ou de lui-même. C’est peut-être pour cela que nos maîtres disent (Sanhedrin 19b) « מלך שמחל על כבודו, אין כבודו מחול » - « un roi qui amoindrit son honneur, son honneur n’est pas amoindri[8]». En effet, l’honneur dû au roi n’est en réalité pas un honneur pour sa personne mais pour le peuple entier qu’il représente. Il n’a donc pas les prérogatives pour permettre que l’on bafoue l’honneur du peuple[9].

Yéhouda, un bon président ?

Yéhouda a, dans l’épisode de la vente de Yossef, échoué dans son leadership sur ces deux points cruciaux :
·         Il a montré une faille dans son honnêteté intellectuelle et n’est pas allé au bout de ses convictions en proposant de vendre Yossef au lieu de le sauver complètement. Il agit de manière un peu frileuse en refusant de mener ses qualités de persuasion à bout. Il laisse ainsi une grave erreur se déployer.
·         Yéhouda est un fils de Léa, et se range aux côtés des autres fils de Léa, contre ceux de Rahel. Il se range avec les frères qui sont du même côté de sa famille. Il n’est donc, pour l’instant, pas un leader de toute la nation. Il est seulement leader de sa ‘bande’.
En conséquence à ces deux échecs, « וַיֵּרֶד יְהוּדָה מֵאֵת אֶחָיו », les frères de Yéhouda le destituent de sa position de leader.

L’histoire de Yéhouda et Tamar dans son contexte


Revenons à l’histoire de Yéhouda et Tamar. Yéhouda a trois enfants : d’abord ’Er, ensuite Onan, et enfin, Chéla. Yéhouda donne à ’Er une femme au nom de Tamar. Vous constaterez d’ailleurs dans les versets 6 et 7 une insistance sur le mot « בְּכוֹר »… C’est plutôt de mauvais augure…
On a donc un homme qui a trois enfants. Le premier est mauvais aux yeux de D.ieu et meurt. Mais il ne meurt pas complètement car il peut être ‘ressuscité’ par son cadet. Le deuxième fils meurt aussi parce qu’il n’a pas assez de loyauté vis-à-vis de son frère ainé. Et maintenant, il y a un troisième frère, qui est la clé de tous les soucis. Mais, pour certaines raisons, le père ne le laisse pas partir pour faire ce qu’il devrait faire et qui ‘ramènerait’ ses deux fils disparus.
A quelle histoire cette situation vous fait-elle penser ?
A l’histoire de Ya’akov… Ya’akov a un fils, Yossef, qu’il considère comme son ainé. Yossef disparait, il est vendu en esclave, et est cru mort par son père.
Demandons-nous un instant pourquoi Yossef a mérité cela. La Thora utilise des mots très durs pour parler de Yossef dans la parachat Vayéchev (Béréchit 37:2) : « וַיָּבֵא יוֹסֵף אֶת-דִּבָּתָם רָעָה », « Joseph débitait sur leur compte des médisances ». A ce moment précis, il était « רע », il était une force obscure dans la famille. En conséquence, D.ieu permet qu’il soit vendu en esclavage.
Ya’akov perd ensuite un deuxième fils : Chim’on. En effet, lorsque les frères arrivent en Egypte à cause de la famine, Yossef soutient qu’ils sont des espions et leur dit : « je vais emprisonner Chim’on jusqu’à que vous reveniez avec votre plus jeune frère Binyamin ». Et Yossef prend Chim’on pour l’emprisonner[10].
Mais Ya’akov ne perd pas réellement Yossef. Car, en effet, Yossef est en fait seulement ‘quasi-mort’.
D’un autre côté, le fils de Yéhouda,’Er, est, lui, réellement mort. Oui, mais il est « ער », qui signifie éveillé. Il est un mort vivant, en quelques sortes, il est seulement ‘quasi-mort’, lui aussi. Pourquoi ? Parce qu’il y a encore la possibilité de le faire revivre avec le Yboum.
Ensuite Onan disparait à son tour parce qu’il n’a pas fait preuve de loyauté envers son premier frère disparu…. Comme… Chim’on qui n’a pas été loyal vis-à-vis de son premier frère disparu en tentant de le sauver.
En conclusion, dans ces deux histoires nous avons un père dont deux enfants sont ‘quasi-morts’ et dont tout l’espoir repose sur le troisième.
Yossef dit aux frères : « Vous récupérerez Chim’on, vous aurez la nourriture et tout ce que vous voudrez, à condition que vous reveniez avec Binyamin ». C’est l’ironie du sort… car Ya’akov ne veut pas se séparer de Binyamin car (Béréchit 42:4) : « פֶּן-יִקְרָאֶנּוּ אָסוֹן », « Il pourrait lui arriver malheur ».
Cela ne vous rappelle-t-il pas la réaction de Yéhouda ne voulant pas laisser Chéla se marier ? Et regardez, il utilise exactement le même mot que son père pour exprimer sa crainte (Béréchit 38:11) : « פֶּן-יָמוּת גַּם-הוּא כְּאֶחָיו », « car il craignait qu’il ne meure, lui aussi, comme ses frères ».
Tamar passe pour une mauvaise fille, qui a causé la mort de ’Er et Onan, sa réelle identité est masquée, tout comme Yossef qui masque son identité, en se faisant passer pour ce mauvais gouverneur. Tout le monde se laisse duper par l’aspect apparent des choses. Mais si Yéhouda accepte de reconnaître que ce n’est pas la faute de Tamar, et laisse Chéla se marier avec elle, alors tout est bien qui finit bien : ’Er revient, Onan revient, les ‘quasi-morts’ sont de retour.
Voyez la hachga’ha : D.ieu met Yéhouda dans la même situation que celle dans laquelle il a mis son père. Yéhouda a causé le tourment de son père à travers la question de « qui est l’ainé ? ». Il a entrainé chez son père un état de deuil pour un fils ‘quasi-mort’ duquel il n’arrive pas à sortir. Yéhouda se retrouve maintenant dans une situation similaire.
Ces deux histoires relèvent en fait de la question : « comment se sortir d’une spirale infernale ? ».

Histoire de Yéhouda et Tamar – Lecture détaillée et analyse du personnage de Yéhouda

La rencontre

Voyant que Yéhouda refuse de lui confier Chéla, Tamar se déguise. La Torah nous raconte alors, à propos de Yéhouda (Béréchit 38:16): « וַיֵּט אֵלֶיהָ אֶל-הַדֶּרֶךְ  » - « Il se dirigea de son côté ».
Traduisons : « וַיֵּט אֵלֶיהָ », littéralement « il s’éloigna dans sa direction », « אֶל-הַדֶּרֶךְ », littéralement « vers le chemin », ou « vers la route ». Le mot « אֶל » - « vers » ici est étrange, car il faudrait dire « il s’écarta du chemin », avec le mot « מִן ».
Et où est installée Tamar ? A la croisée des chemins : (Béréchit 38:14) « בְּפֶתַח עֵינַיִם » qui signifie littéralement « avec les yeux ouverts ». Etrange manière de parler de croisée des chemins, non ? Qu’est-ce que cela signifie ?
Cela signifie que Tamar a beau s’être déguisée, elle sait exactement ce qu’elle fait. Ses fins sont nobles et elle sait que c’est le seul moyen d’y arriver. Yéhouda, quant à lui, a les yeux fermés. S’il va « vers le chemin », « אֶל-הַדֶּרֶךְ », c’est qu’il n’y était pas, qu’il a perdu sa route, et c’est en allant vers Tamar qu’il la retrouve.
Yéhouda peut avoir l’impression d’être manipulé car séduit par cette prostituée, mais c’est comme ça qu’il retrouve son chemin. Tamar agit à la manière dont on guide une personne aveugle : on la guide vers l’endroit où elle doit aller, mais celle-ci doit accepter de se laisser ‘manipuler’, elle doit nous faire confiance. Ici, Tamar guide Yéhouda avec les seuls moyens qu’elle a trouvés.

La séance de négociation

Ensuite, nous avons les détails de la négociation du prix de l’acte. Pourquoi ?
Tamar demande un gage :
יח וַיֹּאמֶר, מָה הָעֵרָבוֹן אֲשֶׁר אֶתֶּן-לָךְ, וַתֹּאמֶר חֹתָמְךָ וּפְתִילֶךָ, וּמַטְּךָ אֲשֶׁר בְּיָדֶךָ; וַיִּתֶּן-לָהּ וַיָּבֹא אֵלֶיהָ, וַתַּהַר לוֹ. 
18 Il reprit: "Quel gage te donnerai-je?" Elle répondit: "Ton sceau, ton cordon et le bâton que tu as à la main." Il les lui donna, il approcha d'elle et elle conçut de son fait.

Rachi traduit « חֹתָמְךָ וּפְתִילֶךָ, וּמַטְּךָ » par « ton sceau, ton manteau, et ton bâton ». Qui porte ces trois objets : un sceau, un manteau (d’hermine), et un bâton (dit sceptre) ?
La réponse est : un roi. Et que fait Yéhouda en laissant ces objets entre les mains de Tamar ? Il abandonne sa royauté. Dans l’histoire précédente déjà, il a perdu son droit moral à diriger, et maintenant, il se défait physiquement de ses accessoires royaux.
Maintenant, on pourrait dire que c’en est fini pour la royauté de Yéhouda… Mais non. Parce qu’un gage, n’est pas un objet qu’on abandonne. Un gage m’appartient encore, il est juste,  momentanément, hors de mon domaine.
La question, et ce qui fait toute la tension dans l’histoire de Yéhouda et Tamar, est : « Yéhouda arrivera-t-il à récupérer ses accessoires royaux ? ».

Le gage en dit long sur le personnage

Analysons les faits qui ont mené Yéhouda à perdre ses accessoires royaux. Lorsque Tamar a demandé Chéla à Yéhouda, il pouvait réagir de deux manières :
·         Soit tenter de la décourager (ce qu’il a fait) : « Je ne sais pas, on verra plus tard, il est encore jeune… » ;
·         Soit dire simplement « non », ce qui est plus dur : « Je sais que c’est difficile pour toi, mais on va laisser tomber. Oublie Chéla, et va refaire ta vie ». Yéhouda ne choisit pas cette option.
Qu’est-ce que cela vous rappelle ? Quelqu’un qui voit la réalité en face, mais pour qui c’est difficile de faire le pas et de dire simplement « non », alors il laisse les choses aller et empirer ?
Yéhouda, toujours, mais avec Yossef cette fois. Il fait la même erreur qu’ici en refusant de dire « non ». Il n’a pas eu la force de s’affirmer complètement, de convaincre ses frères de laisser Yossef en vie et de le ramener à son père. Il s’est en quelques sortes défilé en proposant de le vendre. Et s’il n’avait pas tué le chevreau pour Yossef, il n’aurait pas eu besoin de laisser ses accessoires royaux en gage.
Et maintenant, peut-il les récupérer ?
Après que l’envoyé de Yéhouda n’a pas trouvé la prostituée pour lui donner le chevreau et qu’il vient lui demander « maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? », Yéhouda pouvait encore répondre de deux manières :
·         « Continue de chercher et trouve-la », mais il ne fait pas cela ;
·         Yéhouda dit : « תִּקַּח-לָהּ », « Qu'elle garde ce qu'elle a ».
Même erreur. Il a une situation en face de lui avec un choix moral à réaliser. Que faire ? Prendre la voie difficile, ou la voie facile ? La première possibilité est plus difficile, car Yéhouda craint le scandale. Il choisit donc la deuxième option. Et ce qui se produit alors est capital parce que là, il abandonne complètement ses objets royaux. En laissant le gage chez Tamar, en échouant à nouveau dans ce troisième test de leadership, c’en est fini pour Yéhouda et la Royauté Davidienne. Yéhouda ne peut plus rebondir. Ce lien fragile qui le lie à son gage est sur le point de se rompre.

Yéhouda à la cours suprême, Tamar devant le bucher

Yéhouda était à la recherche de Tamar. Comme nous l’avons dit plus haut, on voit dans les versets de nombreuses occurrences du mot « מצא ». Et lorsque Yéhouda apprend que Tamar est enceinte, le mot « מצא » signifie « sortir ».
Qui Yéhouda cherchait-il au juste ? Tamar. Mais à un niveau plus profond, il recherchait ’Er. Où est ’Er ? Dans le ventre de Tamar.
Ce que Yéhouda recherche est juste sous ses yeux. Mais que fait-il ? Il la fait sortir « הוֹצִיאוּהָ » pour la faire tuer.
De même que Ya’akov a tiré une fausse conclusion (Yossef est mort) en se basant sur l’aspect de la tunique que Yéhouda lui a montrée, Yéhouda tire une mauvaise conclusion (Tamar doit mourir) en se basant sur l’aspect extérieur des choses. Et s’il la fait tuer, qu’advient-il du petit Pérets, futur père de Bo’az, de David et de Salomon ? Partis en fumée[11]Yéhouda est là entrain de sceller sa disparition de la royauté juive en condamnant Tamar à mort.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Car Tamar a en sa possession le gage. Et lorsqu’elle est emportée pour être tuée, dans un grand acte d’héroïsme, elle renvoie le gage à Yéhouda. C’est un acte d’héroïsme car elle aurait très bien pu annoncer ouvertement tout ce qui s’est passé, avec preuves à l’appui. Mais elle renvoie les objets. Elle fait là quelque chose de très risqué parce que Yéhouda pourrait nier et couvrir l’affaire. Il va bientôt voir la réalité, avec un choix moral à faire. Il a une chance supplémentaire, l’ultime test de royauté. Va-t-il relever le défi ?
Tamar lui présente les objets et lui dit : « הַכֶּר-נָא », les mêmes mots que Yéhouda avait dits à son père. Elle lui dit en fait : « Est-ce que tu peux racheter ce premier « הַכֶּר-נָא », est-ce que toi, tu reconnais ce manteau ? ».
Comment Yéhouda va-t-il réagir ? Va-t-il étouffer l’affaire, ou non ? Et les enjeux sont maintenant bien plus graves… Il n’a pas voulu chercher la prostituée de peur de faire éclater un scandale, et maintenant… Il vient de condamner à mort cette femme pour adultère, il doit maintenant la délivrer du bucher.
Et là, Yéhouda a un comportement héroïque. Il n’étouffe pas l’affaire. Il regarde les objets, et il reconnaît : « וַיַּכֵּר יְהוּדָה», « Juda les reconnut ». Et mieux que cela, il dit : « צָדְקָה מִמֶּנִּי », « Elle est plus juste que moi », j’ai agi par égarement, mais elle, elle a agi noblement. Comme cela a dû être difficile pour Yéhouda ! N’oublions pas qu’il était le grand juge…
Et c’est par cet acte de courage moral qu’il récupère le gage, ses attributs royaux. Et par la même occasion, il récupère ’Er, Pérets, et … David.

Des jumeaux… Qui le premier ?

Tamar donne naissance à des jumeaux. Tiens, des jumeaux. Qui sont les autres jumeaux que l’on connaisse plus tôt dans Béréchit ?
Evidemment, il s’agit de Ya’akov et ’Essav. Nous voyons d’ailleurs un langage similaire utilisé. La sage-femme attache un fil sur la première main qui sort, cette main rentre à nouveau… Cet épisode rappelle la naissance de Ya’akov et ’Essav.
Finalement, c’est Pérets qui sort avant son jumeau qui avait sorti la main en premier.
Ya’akov s’appelle ainsi car il tenait le talon de son frère. Mais qui est sorti en premier ? ’Essav. Ici, qui arrive en premier ? Pérets. On dirait bien que Pérets réussit là où Ya’akov a échoué.
Durant toute sa vie, Ya’akov a essayé d’être l’ainé, mais n’y est jamais arrivé. Et cette tromperie conduit à une autre tromperie avec les frères à cause d’une confusion sur l’attribution de l’aînesse. Ce qui conduit à l’histoire de Yéhouda et Tamar. Et la première lueur de rédemption apparaît quand Yéhouda peut retrouver ses attributs royaux, quand il regarde Tamar droit dans les yeux et commence à racheter ce premier « הַכֶּר-נָא ». C’est là qu’on commence à sortir du cercle vicieux des « הַכֶּר-נָא ». Yéhouda rectifie ainsi non seulement ses propres erreurs, mais aussi les erreurs incrustées dans son héritage familial.
Maintenant, il peut y avoir un enfant qui soit l’ainé légitime. Le nom « Pérets » signifie d’ailleurs « exploser », être le premier né légitime, sans tenir de talon, mais parce qu’on est sorti en premier, et plus besoin de tromper qui que soit.

Les échecs de Yéhouda rachetés

Comme nous l’avons dit plus haut, l’échec de Yéhouda en tant que leader tient d’abord au fait qu’il n’a pas corrigé ses erreurs quand il en a fait, et d’autre part parce qu’il n’était le chef que d’une partie de ses frères.
Pour ce qui est du premier point, le fait de reconnaître son erreur est un moyen de rédemption très puissant. Regardons un peu le nom de Yéhouda. D’où vient son nom ? Du mot « הודאה », qui signifie en réalité trois choses : louer (dans le sens de louange), remercier, et admettre[12].
La « הודאה » contient l’essence de la royauté. Et c’est l’essence aussi de « הכר », du fait de reconnaître. Quand Tamar demande à Yéhouda « הַכֶּר-נָא », elle lui demande en fait : « souviens-toi qui tu es ! Es-tu à la hauteur de ton nom ? ». Et Yéhouda reconnaît.

Regardons maintenant le second point faible de Yéhouda.
Nous avons dans l’histoire de Yéhouda et Tamar un gage. Quelle est la fois suivante où nous voyons un gage ? Quand Ya’akov ne veut pas envoyer Binyamin. C’est un moment clé de l’histoire. D’où Ya’akov trouve-t-il la force de se séparer de Binyamin ? Réouven a bien essayé, mais n’a pas réussi. Il a, comme nous l’avons dit, proposé de tuer ses deux enfants, ce qui n’a pas de sens. D’ailleurs, qui a réellement perdu deux enfants au moment où Réouven fait cette proposition à son père ? C’est Ya’akov qui a perdu Yossef et Chim’on. Mais pas seulement : Yéhouda aussi a perdu deux enfants.
Et là, l’homme qui a perdu deux enfants, Yéhouda, s’adresse à l’autre homme qui a perdu deux enfants, Ya’akov, et lui dit : « Tu sais quoi, je vais te promettre quelque chose. Rien de plus que moi-même. C’est moi qui serai le gage », « אָנֹכִי, אֶעֶרְבֶנּוּ». Ce que Yéhouda dit là est un autre acte grandiose de leadership. Il dit qu’il prend pleinement la mesure de se poser en gage. Pourquoi ? Parce qu’une fois,  il y a longtemps, il a récupéré un gage.
Et maintenant, Yéhouda lui-même se porte en gage pour Binyamin ; Binyamin le fils de Rahel. Maintenant, il montre qu’il n’est plus leader que de son ‘clan’, mais de tout le peuple, même des fils de la mère rivale.
Et c’est quand Yéhouda rachète ces deux erreurs que Yossef se révèle…
 

A la prochaine !

Traduit librement par Itala à partir d’une série de conférences données par Rav Fohrman au printemps 2003. Le titre original de la série est : « Lest it come to scandal – The genesis of jewish kingship – from Loth and his daughters to Judah and Tamar and the Book of Ruth ».




[1] Cette idée est développée dans le cours Yona, un prophète en cavale.
[2] Comme le dit explicitement le verset Béréchit 38:9 « וַיֵּדַע אוֹנָן, כִּי לֹּא לוֹ יִהְיֶה הַזָּרַע » - « Onan comprit que cette postérité ne serait pas la sienne »
[3] N.d.T – Rav Fohrman fait ici un parallèle avec un passage de Dévarim qui traite d’un homme qui a deux femmes, et qui est développé dans le cours. La vente de Yossef – Episode 1 (§Pourquoi les frères haïssaient-ils vraiment Yossef ?). Il explique ensuite que la première fois que le terme « אוֹנוֹ » apparaît dans le ’Houmach, c’est pour Binyamin. Lorsque Rahel donne naissance à Binyamin, elle est mourante et l’appelle « בן‏ אוֹנִי », « le fils de ma souffrance ». Le terme « אוֹנִי » a en fait deux significations : « souffrance », et « force ». Yaacov, lui, appelle son fils « בנימין », littéralement « fils de ma main droite ». Or la main droite représente la force, l’autre sens du mot « אוֹנִי ». Yaacov doit penser alors : « C’est toi ma vraie femme, cet enfant est l’enfant de ma force, c’est comme un autre premier né pour moi ». Et Binyamin est un autre chouchou… D’où sa difficulté à le laisser partir plus tard quand Yossef le demandera.
[4] Si Yossef était encore là, cela aurait été une situation dynamique, mais maintenant qu’il n’est plus, Yaacov s’enferme dans cette sorte de romance, de situation statique qui ne peut plus changer. Tous les romans d’amour ne sont jamais les histoires d’un amour dynamique, ce sont des souvenirs d’une situation statique parce qu’une tragédie intervient. On imagine alors ce qui aurait pu être si elle n’était jamais arrivée. Léhavdil élef havdalot, c’est d’ailleurs ce que l’on voit dans Chir Hachirim où l’homme languit sa bien-aimée qui n’est plus près de lui. Lorsque l’amour devient dynamique, la magie disparaît, le roman s’achève...  
[5] On retrouve le manteau, et la chèvre, comme dans l’histoire de Yossef, et on les retrouvera plus tard dans l’histoire de Yéhouda et Tamar.
[6] N.d.T. Le chapitre 39 relate l’histoire de Yossef et la femme de Potiphar.
[7] N.d.T – Le Rav raconte que quelqu’un a posé la question à Rav Weinberg, qui a été son Rosh Yéshiva à Ner Israël, de savoir ce qu’il faut faire de sa richesse compte tenu de la misère dans son pays et en Israël. Rav Weinberg a dit qu’il faut donner maximum à hauteur de 20% de ses biens, selon le Rambam. La richesse, selon Rav Weinberg, n’est pas faite que pour être dépensée, mais aussi pour donner du crédit à celui à qui elle appartient. Il pourra ainsi, de par son statut, persuader, et orienter les choses à la manière dont il pense.
[8] Autrement dit : un roi n’a pas le droit de négliger l’honneur qui lui est dû.
[9] N.d.T – Cette notion est expliquée dans une note du livre La Reine que vous pensiez connaître.
[10] Pourquoi Chim’on ? Parce que c’est le plus âgé de ses frères qui lui avait voulu du mal.
[11] N.d.T – Sans mauvais jeu de mot…
[12] N.d.T – Pour plus de détails sur cette notion, voir le cours Les frères de Yossef se sont-ils jamais réconciliés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire